issue 10/2021




Notes:

Neo Geo Arcade Stick Pro
[par sky] publié en 06/2021

Cela faisait longtemps que je souhaitais me procurer un stick arcade, que ce soit pour la retropie, le Mac ou encore les différentes consoles PS4 ou PS3.

J’ai surveillé le marché pendant un bon moment, ne sachant quel modèle prendre. J’ai longtemps hésité, entre des sticks de la marque Hori, leader du marché, ou de ses principaux concurrents MayFlash ou Qanba. Depuis quelques temps, de nouveaux compétiteurs sont entrés sur le marché comme Bigben, Razer ou encore Mad Catz. Il faut dire que malgré le côté confidentiel du marché, il existe toujours un grand nombre d’adeptes pour ces manettes.

Fin 2019, SNK annonce la sortie d’un stick arcade maison, le Neo Geo Arcade Stick Pro. Et c’est au final, sur ce modèle sur lequel j’ai jeté mon dévolu.

Connecté en USB à un un ordinateur ou une console, il est possible de s’en servir comme stick arcade. Mais une fois connecté en en HDMI, il se transforme en une console à brancher directement en HDMI sur une télé ou un écran disposant d’une entrée de ce type.

Sorti fin 2020 pour fêter les 30 ans de la Neo Geo, j’ai opté pour le modèle Christmas incluant en plus une manette, un livret exclusif pour les 30 ans de Neo Geo et 20 jeux supplémentaires.

Design et ergonomie

Le Neo Geo Arcade Stick Pro sort un peu du lot avec son design arrondi et sa couleur blanche, alors que les sticks concurrents sont plutôt anguleux et sombres. Le stick est assez épais, et plutôt massif. Il faut prévoir un peu de place pour en profiter pleinement.

Le joystick reprend le style des bornes d’arcade, tout comme le placement des boutons. Les 8 gros boutons sont aisément accessibles, enfin, surtout les 6 premiers. Heureusement que les deux derniers ne sont que rarement utilisés.

Les boutons et interrupteurs secondaires se trouvent sur le côté droit du stick, et ne dénaturent pas le design très épuré du capot supérieur du stick.

Lors de la première utilisation, j’ai directement retrouvé le ressenti que lorsque je jouais sur les bornes arcades, et j’en ai carrément eu la chair de poule. C’est un énorme plaisir nostalgique que j’aurai du assouvir depuis longtemps.

Attention pour les non-initiés, habitués à jouer avec un clavier, ou même avec une manette moderne, la prise en main est légèrement différente. C’est particulièrement vrai pour les jeux de combat pour les coups spéciaux nécessitent une succession de touches. Malgré vos talents habituels, les ha-do-ken ne viendront plus aussi facilement. Il faudra un petit temps d’adaptation car manier le stick n’est pas aussi facile et rapide qu’enchaîner les touches au clavier (surtout depuis les claviers extra-plats d’Apple). Mais c’est le prix à payer pour profiter des sensations de l’arcade à la maison.

Utilisation en mode console

L’utilisation en tant que console de jeux est assez simple, il suffit de le brancher à une télé disposant d’un port HDMI, de connecter l’alimentation via un cable USB-C, et enfin d’activer le mode console avec l’interrupteur dédié.

Le démarrage du stick est assez rapide, quasi instantané. Il propose ensuite une interface qui liste les 40 jeux (pour ce modèle Christmas). L’interface n’est franchement pas très réussie. Graphiquement, elle semble avoir été faite à la va-vite, mais qu’importe, elle reste ergonomique, et permet d’accéder rapidement aux jeux.

Une fois en jeu, rien à redire, c’est fluide, c’est jouable, comme sur n’importe quel émulateur Neo Geo depuis 20 ans sur Mac ou PC, ou comme le ferait une Raspberry Pi.

Le stick est livré avec une manette supplémentaire avec la version Christmas, ce qui ne semble pas être le cas pour la version classique, à vérifier.C’est plutôt une bonne surprise ! Cela permet de jouer à deux directement, sachant que tous les jeux testés sont faits pour être joués à plusieurs.

Ce fut la marque de fabrique de la console à l’époque, la grande majorité des jeux sont des jeux de combat en 2D. La série des King of Fighter est présente en force, avec pas moins de 6 jeux, tout comme les Samurai Shodown avec 5 jeux. Personnellement, je me suis rapidement jeter sur Garou : Mark Of The Wolves, mon favori sur cette console depuis des années.

Autre classique de la Neo Geo, le stick contient tous les épisodes de Metal Slug. Cela aurait été une grosse erreur de la part d’SNK de ne pas les inclure, tant ils ont marqué l’histoire du jeu vidéo. Personnellement, j’aurais très mal pris l’absence de ces chefs d’œuvre vidéoludiques.

Il contient aussi quelques rares jeux de sport, une catégorie qui aurait pu être un peu étoffée. Parmi les 3 présents, seul Super Sidekicks mérite un peu d’attention, même si on aurait préféré Neo Geo Cup ’98. Cependant, malgré son âge, Super Sidekicks permet encore de s’amuser, même avec des jeunes habitués aux derniers FIFA et PES. La prise en main est rapide, il est évidemment bien moins technique que les jeux récents, mais nécessite tout de même un peu d’habilité pour aller mettre la balle au fond des buts.

Au final, 40 jeux, c’est déjà pas mal, mais si l’on aurait aimé plus de variété. De mon côté, j’aurais préféré bien plus de Run and Gun ou de Beat’em All, éventuellement, un peu plus de choix en jeu de sport (Neo Drift Out, par exemple), même si ce n’est pas le point fort de la console originale.

Voici la liste des 40 jeux disponibles en mode console

  • Art Of Fighting
  • Fatal Fury
  • Fatal Fury 2
  • Fatal Fury 3
  • Fatal Fury Special
  • Garou : Mark Of The Wolves
  • Kizuna Encounter
  • League Bowling
  • Metal Slug 1
  • Metal Slug 2
  • Metal Slug 3
  • Metal Slug 4
  • Metal Slug 5
  • Metal Slug X
  • Ninja Combat
  • Ninja Master’s
  • Real Bout Fatal Fury Special
  • Samurai Shodown
  • Samurai Shodown II
  • Samurai Shodown III
  • Samurai Shodown IV
  • Samurai Shodown V Special
  • Savage Reign
  • Shock Troopers
  • Shock Troopers 2nd Squad
  • Soccer Brawl
  • Super Sidekicks
  • The King Of Fighters ’95
  • The King Of Fighters ’97
  • The King Of Fighters ’98
  • The King Of Fighters ’99
  • The King Of Fighters ’2000
  • The King Of Fighters ’2002
  • The Last Blade
  • The Last Blade 2
  • The Path of the Warrior Art Of Fighting 3
  • The Super Spy
  • World Heroes 2
  • World Heroes 2 Jet
  • World Heroes Perfect

Utilisation en mode Joystick sur le Mac

Maintenant que nous avons fait le tour du mode console, rentrons dans le vif du sujet, et connectons le Stick Arcade pro à un Mac. La connexion à un ordi est plus simple, puisqu’il suffit de connecter le cable USB qui se cache à l’intérieur du boitier. On change l’interrupteur de mode, et sans perdre de temps, c’est évidemment sur les émulateurs que l’on se jete, à commencer par OpenEmu.

En ouvrant OpenEmu, l’application nous rappelle très rapidement pourquoi on l’apprécie tant. Le multi-émulateur reconnait immédiatement le stick comme une manette, et dans les préférences d’OpenEmu, la configuration des touches sur le stick est très rapide. Attention tout de même, il faudra le configurer comme contrôleur pour chaque console sur lequel on souhaite l’utiliser.

Le joystick est idéal pour tous les jeux des consoles 8bits (NES, Master System, ...) et de la génération 16bits suivante (Super NES, Megadrive, ...). Ensuite, il montre ses limites de "simple" stick. En effet, sur les consoles 32bits et 64bits (Playstation, Nintendo 64, ...), les manettes se complexifient, avec l’ajout d’un joystick supplémentaire et la multiplication des boutons. Cependant, sur de nombreux jeux, il est possible de se faire plaisir avec le stick.

Si vous êtes un utilisateur habitué de MAME, l’émulateur Arcade, vous vous douterez immédiatement que cela ne sera pas aussi simple, et vous n’aurez pas tort. La configuration n’est vraiment pas aussi aisée, et doit potentiellement être adaptée à chaque jeu. Heureusement, comme avec OpenEmu, le stick est parfaitement reconnu et une fois branché, il faut simplement prendre le temps de configurer toutes les touches.

Une fois en place, le résultat est tout simplement jouissif. Je n’ai jamais pris autant de plaisir à relancer de vieux jeux d’arcade. Je me suis surpris à faire des sessions de jeu bien plus longues qu’à l’accoutumée. Ma fille, voyant son père comme un fou devant son écran, a fini par le rejoindre avec la manette Neo Geo Mini.

La manette livrée avec le stick est, elle aussi, compatible avec le Mac. Elle fonctionne sans soucis avec OpenEmu et MAME, et est reconnue de la même manière que le stick. La seule chose que je ne comprends pas est pourquoi le stick est en USB, avec la forme classique, alors que la manette est en USB-C. Sachant que sur Mac, selon son âge, nous avons l’un ou l’autre, il faudra forcément un adaptateur pour le stick ou pour la manette.

Ensemble, nous avons fini Sunset Riders sur lequel nous nous sommes éclatés. J’ai hâte de lancer d’autres Beat’em All et autre Run and Gun, y compris les Metal Slug, même si on y a aussi accès en mode console.

Histoire d’aller encore plus loin, j’ai tenté de lancer quelques jeux, triés sur le volet, avec le stick. Malheureusement, le résultat a été bien moins glorieux. En effet, que ce soit sur Horizon Chase Turbo ou Street of Rage 4, les deux jeux ont eu des soucis.

Quelque soit le jeu, le stick arcade est bizarrement reconnu. Tandis que Horizon Chase Turbo voit bien le stick, il n’est pas possible de valider la configuration, celle-ci repassant immédiatement sur le clavier. Mais cela semble être un bug du jeu, plus que du stick. Quand à SoR4, les boutons fonctionnent, mais le joystick ne répond pas.

J’ai bien tenté de passer par Enjoyable (merci Emuzone), qui permet de mapper les touches du clavier sur le stick. Dans ce cas, le stick fonctionne comme on le souhaiterait, ou presque ... La configuration se fait sans soucis, mais une fois en jeu, le joystick semble bloqué vers la gauche. Il est donc impossible de contrôler la voiture ou le personnage, et donc de jouer.

Sans aller aussi loin que dans un jeu, j’ai testé avec un autre outil : gamepad-tool. Ce dernier dispose de sa propre gestion des joysticks, totalement différente de celle de Steam et des jeux l’utilisant. Le résultat est malheureusement le même, il ne semble rien avoir à faire. L’application indique même que le stick est bloqué en haut, en plus de la gauche. Dommage.

A noter que la manette réagit exactement comme le stick, que ce soit dans les émulateurs, en positif, ou dans les applications, en négatif.

Utilisation en mode Joystick avec une console

Il est aussi possible de connecter le Neo Geo Arcade Stick Pro sur une console. Pour cela, il faudra s’équiper d’un adaptateur supplémentaire à brancher entre la console et le port USB du stick.

On retrouve les mêmes soucis qu’avec l’émulation des consoles de 5ème génération. Le manque de boutons ainsi que le seul et unique joystick ne permettent pas de substituer les manettes dans tous les jeux. Les jeux avec lesquels on peut utiliser le stick sont d’ailleurs bien plus rares. Mais pour ces exceptions, il sera probablement bien meilleur.

C’est le cas, par exemple, pour les jeux de combats, et cela tombe bien puisque Street Fighter V était offert avec le Playstation Plus, il y a quelques mois. Ici, la prise en main est immédiate, puisque l’on reste très proche de ce que l’on a pu voir en mode console ou sur les différents émulateurs que l’on a pu testé sur Mac.

On reste dans les cadeaux du Playstation Plus, Sonic Mania était offert il y a quelques années, et ce dernier prend une tout autre dimension avec le stick arcade plutôt qu’une manette.

Oubliez les jeux de pilotage d’avion, ces derniers n’apprécient pas trop le côté binaire du stick, et préfèrent un HOTAS qui permet de jouer sur la progressivité lors des manoeuvres.

Le stick est noté comme compatible avec la Nintendo Switch, toujours avec l’adaptateur, cependant, je ne dispose d’aucun jeu capable de profiter du stick. Je n’hésiterai pas à mettre à jour l’article si je tombe sur un jeu ou cela peut être intéressant.

Il faut vraiment avoir un besoin spécifique pour s’équipper, car à 40 € l’adaptateur, on ne se le procurera pas que pour le fun.

Toujours plus ?

Pour ceux qui n’ont pas peur, et qui sont intéressés par avoir un mode console un peu plus complet, il existe plusieurs hacks permettant d’ajouter d’autres jeux NEO GEO. Certains sont mêmes allés plus loin en ajoutant d’autres plateformes et leurs jeux. Au final, ils ont été capables d’installer plusieurs centaines de jeux, au lieu des 40 disponibles originellement. Evidemment, il y a toujours un risque à appliquer de tels hacks. Pour ma part, comme on retrouve les mêmes jeux en émulation sur le Mac, et que c’est comme cela que je l’utilise principalement, je n’ai pas pris le risque. D’autant plus que le Mac reste plus performant que le hardware du stick, et donc le résultat est toujours meilleur.

Mais si vous appréciez le mode Console pour faire des parties devant la télé ou chez des amis, appliquer un hack peut être une option pour transformer le Neo Geo Arcade Stick Pro en console de salon retro ultime.

Cela se trouve assez facilement, en faisant une petite recherche sur internet. Et vous appliquez le patch en votre âme et conscience ! Vous serez seul responsable de votre bêtise, ... ou de votre succès. Si vous tentez l’expérience, n’hésitez pas à nous donnez vos retours, notamment, si vous appliquez le patch depuis un Mac.

Le Neo Geo Arcade Stick Pro est un superbe produit, tout simplement. C’est un stick arcade de qualité, qui reproduit les sensations d’une borne à la maison. C’est une arme de choix pour les amateurs de retro-gaming, qu’ils soient adeptes de SNK ou pas.

En le connectant sur une télé, avec la seconde manette fournie, il permet un accès rapide aux quelques jeux directement intégrés avec l’émulateur interne, très pratique pour une partie rapide entre amis.

Il prend, ensuite, son plein potentiel, connecté en tant que "simple" stick arcade, que ce soit sur Mac (, PC) ou console. C’est juste un énorme plaisir de pouvoir l’utiliser avec les émulateurs d’OpenEmu mais surtout avec MAME, pour retrouver les sensations des jeux d’arcade des années 90.

Et ne vous y trompez pas, malgré le côté old-school de l’objet, il est facile de partager ses expériences de "vieux nostalgiques" avec des jeunes, habitués aux standards de la PS4. Car au final, avec un jeu, ce que l’on cherche, c’est de s’amuser avant tout, peut importe la taille des pixels.

Les rares critiques l’on puisse lui faire sont la liste restreinte et peu variée des jeux présents en mode console, et le fait que sur Mac, dans les applications hors émulateurs cités ci-dessus, il y ait un soucis de reconnaissance qui nous empêche de l’utiliser.


Les réactions à cet article :
Pas de réaction à cet article.
Poster une réactions à cet article :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.