issue 11/2019




Notes:

Depuis qu’Apple a opté pour des CPU de chez Intel, le Mac a beaucoup prit du monde Linux. Mais déjà à l’époque du PowerPC, l’émulation de Windows était en plein essort. Depuis que les CPU sont les mêmes, les solutions pour faire fonctionner les applications dédiées à Windows sur Mac ont beaucoup évolué et Wine en fait parti.


Les applications Windows sur Mac OSX avec Wine (WineBottler, Wineskin Winery, PlayOnMac et CrossOver)
[par Emuzone] publié en 10/2018

Qu’est-ce que Wine ?

Wine n’est pas un émulateur, c’est même la signification de son acronyme "Wine Is Not an Emulator". En effet, Wine n’émule pas de machine et son code bas niveau, il est plutôt un interprète qui "imite" Windows. Pour faire simple, Wine va transformer les appels aux fonctionnalités de Windows et autres bibliothèques liées, en des appels de fonctions de l’OS hôte, en ce qui nous concerne MacOS.

Si vous êtes avec un vieux OSX PPC, alors il faudra regarder du côté de Darwine, malheureusement plus à jour ni supporté.

Wine


Installation

Plusieurs méthodes existent pour se procurer Wine. Les développeurs récupéreront les sources sur le site officiel afin de les compiler eux mêmes avant d’installer l’application. A noter que pour supporter un windows 64bits, lors de la configuration il faut normalement ajouter l’argument "—enable-win64".


D’autres utiliseront brew pour une installation automatique via le commande "brew install wine" dans le terminal. Sâchez que des packages incluant les binaires sont aussi disponibles sur le site officiel.

Exécution

Une fois Wine installé, il est alors facile de lancer des applications Windows via la simple commande suivante dans le terminal : wine /.exe




Dans le cas d’une installation préalable, cette dernière se lance de la même manière via le terminal : wine /.exe

A noter que si c’est un fichier msi, il est recommander d’utiliser la commande suivante : msiexec /i .msi

Configuration

Mais histoire d’aller un peu plus loin, nous allons installer un jeu dont les fichiers prévu à cet effet se trouvent sur un CD. Et pour commencer nous allons configurer notre imitation de Windows en tapant : winecfg

Une fenêtre s’ouvre alors


Dans le panneau Applications, nous pouvons choisir la version de Windows que nous souhaitons imiter. Cela peut avoir son importance.


Avec le panneau Bibliothèques, nous avons le choix concernant de nombreuses librairies à installer comme DirectX.
Attention, toutes ne sont pas disponibles, et il faudra sûrement installer des librairies manuellement pour certaines applications.


Le panneau d’affichage vous permettra de gérer quelques options comme la taille des police et avoir un bureau virtuel.


Avec le panneau d’intégration du bureau, vous allez pouvoir rediriger des dossiers typiques Windows, vers des dossiers de votre mac.


Le panneau lié au lecteurs sera sans doute le plus utilisé. Il vous permettra de gérer les espaces de stockages tels des disques durs, disques optiques et autres disquettes.


Dans le panneau dédié à l’audio, il est possible de modifier le type des périphériques à utiliser.


Pour le derniers panneau "à propos", je vous laisse le découvrir.

Utilisation

Lançons nous dans l’installation d’un jeu tenant sur deux CDRoms et pour se faire, commençons par monter notre premier CD et dans un nouveau terminal, lançons winecfg. Notons alors le lecteur sur lequel est monté notre volume et déclenchons l’installation.




Lorsqu’il nous sera demandé de changer de disque, retirons le premier disque pour monter le second et ouvrons un nouveau terminal pour lancer winecfg si besoin et allons le panneau de configuration des lecteurs.


Retirons les disques.
Puis ajoutons un nouveau lecteur avec la lettre que nous avons noté, qui était affecté au premier CD.


Cliquons alors sur le bouton Parcourir et choisissons le volume de notre second CD.


En affichant les détails on peut s’assurer que le type est bien CD-ROM, sinon on le modifie.


Normalement, notre installation devrait reprendre normalement. Si tel n’était pas le cas on peut faire cette manipulation manuellement via le terminal et pour commencer regarder quel lecteur a été monté pour notre second CD dans le dossier dosdevices de wine.


On s’aperçoit que la lettre choisie est le ’e’, on va donc renommer le dossier ’e :’ en ’d :’


L’installation devrait donc reprendre normalement. Si ce n’était toujours pas le cas, une autre technique, que nous utiliserons plus tard avec Wineskin (voir ci-dessous pour plus de détails), consiste à copier dans un dossier sur votre disque dur le contenu des CD-Rom. Puis via la configuration de Wine, indiquer ce dossier comme étant un CD.

Notez bien où, sur votre lecteur C, est installé l’exécutable de votre application car il faudra retaper le chemin complet pour la lancer en sachant que ce lecteur C se trouve physiquement sur votre disque dans le répertoire /.wine/drive_c/ ou /Users//.wine/drive_c

Ainsi après avoir installé notre petit jeu, nous pouvons voir que notre installation s’est bien déroulée dans le répertoire spécifier dans notre dossier utilisateur.


Et nous pouvons alors l’exécuter.


Annexe

Pour les plus experts, ayant une bonne connaissance de la base de registre du système de Microsoft, cette dernière est modifiable via des fichiers textes suffixés en *.reg se trouvant dans votre dossier /.wine/

On peut aussi ouvrir la base de registre via la simple commande : wine regedit




WineBottler


Vieil utilitaire qui n’est plus mis à jour et visiblement plus supporté, il permet de générer une application MacOS complète que l’on nomme bouteille.

Création

Dans son utilisation la plus simple, il permet de créer une application MacOS depuis un exécutable Windows dont les fichiers sont déjà prêt à l’emploi. Pour cela nous allons utiliser MegamanMaker.

Ouvrons WineBottler, et affichons le panneau avancé en cliquant sur l’icône "Advanced".


Commençons par cliquer sur le bouton "Select File" et choisissons l’exécutable pour Windows.


On continue le paramétrage. Pour cette application, les fichiers à côté de l’exécutables sont primordiaux pour le bon fonctionnement de cette dernière, c’est pourquoi nous devons choisir le troisième mode d’installation ("copy file and files in the folder to the App bundle"). Dans le cas où l’exécutable se suffirai à lui-même, le second choix ("copy file to the App bundle") serai alors plus judicieux.
Plusieurs versions de Windows sont disponibles cela va de XP à Seven.
Des installations de Framework comme Mono pour les applications DotNet ou Gecko sont possibles pour les applications qui en auraient besoin pour fonctionner. Mais ici, n’en ayant pas l’utilité, nous allons surtout essayer de gagner un peu de place et nous n’allons donc pas les activer et même sélectionner les deux options suivantes, à savoir la suppression des répertoires d’installation et des utilisateurs de Windows.
La dernière partie dite "App Bundle" est aussi très importante.
Vous pouvez décider d’y inclure directement Wine (une vieille viersion 1.8-rc4) rendant l’application autonome, ou non, ce qui obligera l’utilisateur final à installer Wine sur son Mac mais lui permettra de jouir d’une version sans aucun doute plus récente.
Notons que nous pouvons ajouter un copyright et un numéro de version, ainsi que le type de notre application.
Mais le plus important est l’identifiant que nous allons rentrer dans le champ "identifier". C’est le nom du dossier qui sera créé dans la bibliothèque de l’utilisateur, il me parait donc logique de que ce nom ressemble à ce que les autres applications font déjà et surtout soit facilement identifiable lors d’une recherche. C’est pourquoi j’ai décidé de suivre cette nomenclature : "com...


Une fois les paramètres rempli appuyons sur le bouton "Install" et choisissons le nom de notre application OSX et son emplacement.


La création se lance...


Et un message nous indique quand l’application est finalisée.


Nous pouvons alors profiter de cette dernière.




Suppression

Dans le cas d’une suppression de notre application, la mettre à la corbeille ne suffit pas. Rappelez-vous qu’un dossier est créé au premier lancement dans la Bibliothèque de l’utilisateur dans le dossier "Application Support" et qu’il porte le nom de l’identifiant que nous avons choisi précédemment avec un suffixe numérique.


A noter que WineBottler vous permet aussi de supprimer proprement ces dossiers en cliquant sur l’icône "On my Mac" où sont alors affichés toutes vos applications, vous proposant de les supprimer proprement voire de les réinitialiser.


Installation

Créer un application Mac à partir d’une Windows c’est bien, mais quand est-il lorsqu’il y a une installation à faire ? Essayons avec Heroes of Yggdrasil, et revenons dans le panneau avancé, et choisissons le premier mode d’installation ("Execute file").


Il faut alors, non pas sélectionner l’exécutable de l’application, mais bien celui de l’installeur.


Le reste du paramétrage se déroulant comme précédemment.


La encore, en cliquant sur le bouton "Install", il vous sera demandé de choisir l’emplacement et de donner un nom à l’application MacOS finale.


L’installation Windows se lancera alors.


Et vous n’aurez plus qu’à suivre les étapes normalement.


Une fois fini, il vous faudra choisir le fichier exécutable à lancer.
Dans notre cas précis, il faut bien évidement sélectionner celui du jeu que nous venons d’installer.


L’application est alors finalisée.
Et nous pouvons lancer le jeu destiné à Windows, comme s’il s’agissait d’un jeu sur Mac.


Wineskin Winery


Wineskin est basé sur le même principe que WineBottler mais il est plus récent et propose donc une version du wrapper plus à jour.

Mise à jour

Une fois Wineskin installé, la première chose que nous allons faire, via notre connexion Internet, est de mettre à jour le dit Wrapper qui actuellement, reste malheureusement bloqué en version 2.6.2.


Utilisation

Une fois cette étape passée, nous allons pouvoir créer notre premier wrapper avec une simple application. Au Hasard, le Golden Axe créé avec OpenBor.

Après le clic sur le bouton de création, on nous demande de nommer notre application.


Une fois le nom validé, Wineskin prendra un peu de temps pour créer l’environnement et vous préviendra une fois terminé.


Choisissez alors de vous rendre dans le dossier contenant votre nouvelle application, via le bouton bleu. Si vous avez loupé cette étape sachez qu’elle se trouve dans le dossier Wineskin inclus lui-même dans celui "Applications" se trouvant à la racine de votre compte utilisateur.
Demandez alors à afficher le contenu de votre application.


Puis ouvrez l’application Wineskin normalement.


Cliquez alors sur le bouton "Install Software".


Notre jeu étant déjà dans un dossier prêt à l’emploi, nous n’avons donc pas d’installation à réaliser. Nous pouvons alors copier le contenu du dossier dans notre wrapper ou le déplacer dedans. Peut importe votre choix ici, mais personnellement j’utilise l’option "Move a Folder Inside".


Il ne rest plus qu’à sélectionner le dossier contenant tous les fichiers utiles au jeu (ou l’exécutable si votre application destinée à Windows se suffit à elle-même).


Dans notre cas, plusieurs exécutables étant disponibles dans le dossier, celui sélectionné automatiquement n’est pas le bon.


Il faut donc modifier celui que le wrapper devra exécuter.


Puis on valide.


Vous pouvez ouvrir de nouveau le panneau "Advanced", ce qui vous permettra de modifier le fichier exécutable à lancer si vous vous êtes trompé (n’hésitez pas à cliquer sur le bouton "Test Run" pour vérifier que tout est bon), ou modifier le numéro de la version et l’icône de votre application.


Notre jeu est fin prêt et il ne nous reste plus qu’à lancer notre application GoldenAxe.app normalement.






Installation

Essayons une chose un peu plus complexe, avec un jeu demandant d’être installé à partir de deux CD. Pour cela nous allons testé avec une jeu français, Dark Earth.

S’il est possible d’installer un jeu normalement depuis les CD, parfois en modifiant la configuration de wine (comme vu ci-dessus), nous allons voir une autre technique.
Pour commencer nous allons devoir créer un dossier sur notre disque dur, que nous nommerons "DarkEarthInstall". Nous allons y copier le contenu des deux CDs. Et surtout, ne remplacez pas les fichiers, demandez bien à fusionner les dossiers.


On créé notre nouveau wrapper et on réitère les étapes jusqu’à choisir "Advanced".


On clique alors sur l’onglet "Tools".


Puis le premier bouton "Config Utility".


On remarque alors à l’ouverture de la fenêtre, pour ceux qui n’auraient pas lu le tutoriel depuis le début, que l’on peut choisir la version du Windows que l’on souhaite.


Pour Dark Earth, nous choisirons Windows98 puis nous cliquons sur l’onglet "Device" après avoir appliqué les modification en ayant appuyé sur le bouton "Apply".


C’est ici que nous pouvons déterminer les différents disques qui seront connectés. Et on commence par cliquer sur le bouton "Add" pour ajouter un lecteur D.




Il faut maintenant définir le chemin du dossier sur notre OSX correspondant à ce nouvel espace de stockage. Ceci peut être facilité par le bouton "Browse" qui nous permet de naviguer dans notre ordinateur.


Une fois le dossier choisi, ici celui que nous avons créé pour l’installation, nous pouvons cliquer sur le bouton "Show advanced" pour vérifier son montage.




On peut par exemple changer le type, et plutôt qu’une détection automatique, forcer le type disque dur, disquette ou encore CD-Rom, ce que nous allons faire ici.




Une fois le tout validé via le bouton "Apply" (suivit du traditionnel "OK"), nous allons naturellement cliquer sur le bouton "Install Software".


Procédons à l’installation et pour cela, choisir le bouton "Choose Setup Executable".


Il ne reste plus qu’à sélectionner l’installeur du jeu.


Celui-ci se lance automatiquement et il suffit alors de suivre les étapes une à une.


Lors de la demande de changement de CD, un simple appui sur le bouton "OK" devrait suffire, jusqu’à l’installation complet du jeu.


Comme pour l’option sans installation, il faudra sélectionner le bon exécutable pour lancer le jeu.


Le CD étant obligatoire pour jouer, il faudra le monter sur votre Mac, via votre lecteur CD ou une image disque. Puis revenir dans les tools et la configuration des Device ou vous pourrez retirer le dossier d’installation dont nous n’avons plus besoin, et y ajouter le chemin vers le CD-Rom permettant de lancer le jeu si ce dernier n’y était pas.


Voici Dark Earth prêt à l’emploi.




Extension

Et concernant les mises à jour, extensions et accès aux fichiers...

Dans le cas où vous voudriez modifier, ajouter, supprimer ou remplacer des fichiers, l’accès est très simple. Affichez le contenu du paquet représentant votre application et dans le dossier nommé "drive_c", accédez aux fichiers directement en suivant l’arborescence spécifiée lors de l’installation.


Notez que le premier dossier est un raccourcis "drive_c", le dossier physique se trouve dans Resources du dossier Contents.

Voyons maintenant comment installer une extension demandant le lancement d’un setup. Pour l’exemple, nous utiliserons Diablo, et son extension créée par Sierra appelée "Hellfire". On monte le CD d’installation du jeu sur notre mac puis on créé notre nouveau wrapper pour lancer l’application Wineskin qui se trouve à l’intérieur.

On choisit naturellement l’installation et on sélectionne le setup inclus sur notre CD et on suit les étapes normalement.


Ici le jeu se lance, automatiquement, on remarque quelques soucis d’affichage, mais le jeu reste jouable.




On quitte alors le jeu et on monte le CD de l’extension Hellfire avant de revenir dans le panneau avancé de Wineskin.
Vous l’aurez compris, il nous faut une nouvelle fois cliquer sur le bouton "Install Software" et choisir le setup de la mise à jour ou extension.




Si besoin, réitérez le processus dans le cas de multiples extensions ou mises à jour et si besoin, modifiez le chemin vers l’exécutable final.




Nous voici avec notre jeu plus son extension. N’oubliez pas de modifier le type de Windows si besoin mais aussi de définir les CD-Rom et disques insérés si le programme le demande ce qui est le cas pour jouer à Hellfire, en l’occurence le CD de Diablo.


Configuration

Et si cela ne fonctionne pas ?

Malheureusement Wine ne vous permettra pas d’utiliser toutes les applications destinées à Windows. Ceci dit, wine est paramétrable. Ces paramètres avancés permettent d’activer ou désactiver certains frameworks ou certaines librairies, charger des polices de caractères. Par exemple OpenGL à la place de Direct3D. Ces options, que l’on appel aussi parfois winetricks, sont disponibles dans les Tools et certains peuvent aider à un meilleur support de votre application.




Je ne saurais que trop vous conseiller de vous rendre dans la section consacrée sur le site officiel et chercher votre programme afin de savoir si des paramètres doivent être appliqués : https://appdb.winehq.org

Voici un exemple de paramètres indispensables pour faire fonctionner le jeu Ori, décrit sur la page dédiée du site de Wine






Ou encore celle de Path of Exile.




PlayOnMac


Ce programme est une interface graphique à Wine permettant de simplifier les installations, les gérer dans des disques virtuels et avoir accès à bien d’autres options et paramètres de façon simplifiée. Par contre cela fait des années qu’il n’a plus été mis à jour et embarque un vieux Wine en version 1.7.55.

Installation locale

Lançons notre première installation avec un setup présent sur notre disque dur en appuyant sur le bouton "installer" représenté par un signe plus. Cela sera Heroine’s Quest.


Une recherche automatique via internet se lance afin que vous proposer plusieurs aides suivant le programme que vous souhaitez. Ceci étant un tutoriel, nous passerons ce panneau en cliquant sur "Installer un programme non listé" en bas à gauche.


Passons les premiers panneaux et si vous ne voulez plus les voir n’oubliez pas de cocher la case en bas à gauche.




L’installation commence et elle sera en grande partie manuelle.


Choisissons la première option qui nous permettra de générer un disque dur et d’installer notre programme.


Donnons alors un nom explicite à ce disque virtuel.


Avant toute installation, nous sera proposé quelques options comme installer des librairies spécifiques tel DirectX ou autre programmes tiers, si jamais notre exécutable en avait besoin. Ici nous choisirons notre version de Wine et le configurerons.




Si nous avons choisis de modifier la version de Wine, c’est que celle que nous avons compilé et installé précédemment sur notre système est plus à jour que celle incluse dans PlayOnMac.


N’ayant pas compilé wine pour 64bits ni installé un package 64bits disponible sur le site officiel de Wine, et notre programme n’ayant pas besoin d’une telle architecture, nous sélectionnerons du 32bits.


Pour simuler le Framework DotNet, l’installation de Mono via le site vous sera proposée. Celle-ci peut s’avérée obligatoire suivant les programmes installés (ou alors il faudra installer le framework de Microsoft). Dans notre cas précis, nous passons.


La création du disque se réalise.


Une fois terminé, comme nous avons décidé de configurer Wine, une fenêtre qui ne vous ait pas inconnue, si vous avez suivi le tutoriel depuis le début, apparaît. Elle vous permettra de gérer les lecteurs mais aussi la version de Windows comme vu ci-dessus.


Cette étape passée, il nous reste à sélectionner notre fichier d’installation.




Puis nous continuons normalement.


L’installation se lance et nous déroulerons les étapes comme si nous étions sur Windows.




A la fin de l’installation, PlayOnMac reprend la main, et vous demandera de spécifier l’exécutable du programme à lancer.


Il vous demandera même le nom du raccourci qu’il créera sur votre bureau (que personnellement je supprime).


Il réclamera une nouvelle fois un exécutable à lancer pour créer un nouveau raccourcis. Une fois que tous les exécutables utiles ont été sélectionnés les uns après les autres, vous pouvez indiquer qu’il n’y en a plus de nouveau.


Vous reviendrez alors à la page principale de PlayOnMac avec votre application prête pour l’exécution.






Installation support optique

Passons à l’installation via CD-Rom et montons notre CD de Dawn of Magic. Reprenons les mêmes étapes que précédemment avec PlayOnMac.


Choisissons alors notre CDRom de Dawn of Magic.


Le programme d’installation se lance alors automatiquement.


Encore une fois, on spécifie notre exécutable.


Voici notre jeu prêt à l’emploi.






Installation manuelle

En réalité le plus "compliqué" avec PlayOnMac est peut-être de créer un disque virtuel avec un programme qui n’a pas besoin d’être installer. Pour se faire, nous allons utiliser la démo de Light Fairytale.

Commençons par ouvrir le panneau de configuration où nous allons retrouver nos disques virtuels déjà existant et demandons à en créer un nouveau via le bouton portant le même nom.




Les mêmes étapes qu’avant s’enchaînent à ceci prêt qu’elles sont moins nombreuses.




Notre disque dur est prêt, il nous faut y copier notre dossier de démo de Light Fairytale. Et pour se faire, nous allons cliquer sur l’onglet "Divers" puis le bouton "Ouvrir le dossier du disque virtuel". Notez bien le chemin de ce dossier pour la suite.




Dans le dossier "Program Files" inclus dans celui "drive_c", on y copie notre dossier avec la démo complète.




Revenons dans la fenêtre principale de PlayOnMac et faisons une nouvelle installation à ceci près que nous allons choisir le second mode, à savoir "Modifier ou mettre à jour une application existante".




Notre disque n’apparaît pas ? Il suffit de cliquer sur la case en bas à gauche pour l’afficher puis le sélectionner.




On continue alors les étapes une à une comme précédemment.


Au moment où le programme d’installation ou mise à jour sera demandé, choisissez notepad.exe, ce dernier se trouve dans le répertoire Windows du dossier du disque virtuel que vous avez noté juste avant.




Bloc-note se lance, nous n’avons qu’à le quitter via le menu fichier.


Il nous reste plus qu’à choisir notre programme et lancer le jeu.






Pour aller un peu plus loin, vous aurez sûrement remarqué que le panneau de configuration vous permet de monitorer un minimum votre programme sous Wine, éditer la base de registre, installer des composants, gérer l’affichage etc.


CrossOver

On termine avec CrossOver dont nous signalerons l’existence. Celui-ci est basé sur Wine et est payant avec du support et mises à jour. Sachez tout de même que ce dernier participe activement au développement de Wine. Son utilisation ressemble un peu à PlayOnMac mais contrairement aux autres, CrossOver inclus des build 64Bits de Wine.


En digestif

Si Wine est une excellente alternative aux machines virtuelles classiques demandant énormément de ressources. Il ne faut pas oublier qu’il n’est pas une alternative garantie de Windows, mais ce dernier supporte de plus en plus d’applications. Alors si tous les programmes et surtout certains appels à des librairies peuvent ne pas être compatibles, Wine reste un bon choix gratuit. A vous,désormais, de profiter d’applications destinées à Windows, sur votre Macintosh.





Les réactions à cet article :
Les applications Windows sur Mac OSX avec Wine (WineBottler, Wineskin Winery, PlayOnMac et CrossOver)
[par Emuzone] le 15/02/2019

Bonjour Merlin, content que tu ais trouvé une solution et surtout, c’est très sympa de ta part de nous faire partager tes découvertes, encore merci à toi et amuses toi bien ;)



Les applications Windows sur Mac OSX avec Wine (WineBottler, Wineskin Winery, PlayOnMac et CrossOver)
[par merlin] le 14/02/2019

Finalement je m’en suis sorti en installant Xact avec winetricks.

Et j’ai réussi à installer pas mal d’autres jeux : Cuphead (hm ok il existe sur mac), Odallus, Return to castle wolfenstein, Unreal (j’ai encore mon CD mais plus de mac PPC).

Par contre je suis repassé à Wineskin (parce que je le trouve plus pratique). J’écris ce message surtout pour signaler qu’il existe une version mise à jour de celui-ci : Unofficial WineSkin - http://portingteam.com/topic/11037-wineskin-unofficial-update/



Les applications Windows sur Mac OSX avec Wine (WineBottler, Wineskin Winery, PlayOnMac et CrossOver)
[par merlin] le 2/01/2019

Je voulais en parler sur le forum, mais je n’arrive pas à m’inscrire : "LastIPAddress est trop long de 23 caractères." (et le captcha ne marche pas, mais c’est marqué forum en chantier, c’est peut-être pour ça).

Donc j’ai aussi essayé Sonic Mania (original hein mais j’avais vraiment envie de le tester). Sur les deux jeux, tout va bien, mais j’ai un problème de son crade (une sorte de saturation genre bitcrusher https://en.wikipedia.org/wiki/Bitcrusher). J’utilise PlayOnMac (la solution la plus pratique et stable pour moi) mais avec Wineskin et Iconoclasts j’avais le même souci. J’ai cherché un peu sur le web mais sans succés.



Les applications Windows sur Mac OSX avec Wine (WineBottler, Wineskin Winery, PlayOnMac et CrossOver)
[par Emuzone] le 1er/12/2018

Bonjour, tant mieux si ce petit dossier a pu vous aider.

Effectivement, les manettes ne sont pas toujours reconnues et c’est le cas pour Iconoclast où je suis obligé de passer par du mapping clavier/manette via enjoyable.



Manettes ?
[par merlin] le 29/11/2018

Merci pour le dossier.

Est-ce que wine supporte les manettes ? J’ai essayé Iconoclasts avec une manette xbox 360, installé xinput, mais ça donne rien (ni sur wineskin, ni sur playonmac).



Poster une réactions à cet article :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?