issue 11/2019




Virtua Racing
Jeu édité en 1991 par Sega.
Jeu sorti sur

Arcade (Model-1), SEGA Megadrive, SEGA 32X et SEGA Saturn

.
Genre :

Simulation automobile.

Virtua Racing
[par sky]


Ouverture du jeu sur 32X

Virtua Racing est un jeu unique, très à part, car il est le premier jeu vidéo de course avec un affichage en 3D calculé en temps réel.

Le jeu sera originellement disponible sur 4 plateformes : Megadrive, Sega 32x, Saturn et Arcade. Une version Playstation 2 apparaitra bien plus tard dans un remake nommé Virtua Racing : FlatOut.

Le jeu est d’abord sorti sur Arcade, une première version solo, puis une seconde pour deux joueurs qui permet d’affronter un ami. Cette sortie fut une révolution, et a lancé une nouvelle vision du jeu de course. La 3D étant devenue un standard sur tous les jeux qui ont ensuite continués à marquer l’histoire du jeu vidéo. Développé sur la plateforme Model-1, ce jeu pose les bases des futurs jeux de SEGA, Daytona USA arrivera 2 ans plus tard, SEGA Rallye Championship encore un an plus tard, tout deux profiteront de la puissance du Model-2.


Une course sur Arcade

SEGA oblige, la version Megadrive suit la version arcade d’une petite année. Cette version est très proche de la version arcade, en moins jolie. La console ayant déjà 4 ans lorsque le jeu sort, sa puissance n’est pas suffisante pour faire tourner le jeu. C’est pourquoi la cartouche elle-même, inclut une puce supplémentaire, le SEGA Virtua Processor (SVP), permettant d’aider le processeur central sur les calculs de la 3D.

Cette version permet à SEGA de contrer Nintendo qui vient juste de sortir StarFox, lui aussi intégrant dans la cartouche un co-processeur de calcul 3D, nommé SuperFX, concurrent direct du SVP.


Le menu de la version Megadrive

Ces deux versions proposent une seule voiture, similaire à une formule 1 et trois circuits, croissant en difficulté. Elles proposent aussi plusieurs vues dont une vue intérieure très en avance sur son temps.

Logiquement, avec la sortie du 32X, une nouvelle version du jeu est disponible. Nommée Deluxe, elle profite de la puissance du 32X pour rattraper un peu la version Arcade sur les graphismes, mais surtout, elle propose deux circuits supplémentaires, ainsi que deux nouvelles voitures, une stock car moins performante, et un peu plus facile à conduire et un prototype, ayant une moins forte accélération mais une meilleure vitesse de pointe.


Menu de la version 32X

Cette version Deluxe fera ensuite parti du line-up de lancement la console suivante de SEGA, la Saturn. Il s’agit d’une version encore plus évoluée disposant en plus d’un go-kart, d’une GT et d’une seconde monoplace. Cette version intégrera aussi de la possibilité de customiser le design de sa voiture, et jusqu’à 11 pistes au total. Cette version est, de loin la mieux finie, proposant plus de challenges et une plus grande rejouabilité. Malheureusement, le rendu graphique semble être filtré pour atténuer le côté anguleux des polygones, et finalement, on perd un peu l’âme de Virtua Racing.


Du karting uniquement disponible sur Saturn

Graphiquement, et hors version Saturn, le jeu est évidement très limité, mais de nombreux efforts ont été fait pour le rendre très jouable, et même disons le, graphiquement agréable.

La modélisation des véhicules et des objets est simpliste, mais elle est suffisamment détaillée pour que l’on puisse les reconnaitre. Mention spéciale pour les véhicules dont le nombre de polygone est plus que faible mais dont le rendu donnait très envie à l’époque.

SEGA réalise une vraie prouesse et une démonstration technique en intégrant des pistes ayant du dénivelé, et des décors montagneux ou vallonnés. C’est même un parc d’attraction qui sert de décors au dernier virage du premier circuit, de quoi en mettre plein la vue à une époque où les jeux ne fonctionnaient qu’en side-scrolling.

Le développeur ne s’est pas limité à une simple modélisation, il a aussi intégré quelques effets pour renforcer le réalisme de la simulation. Ainsi nous avons droit à des étincelles lorsque la voiture frôle de trop près la piste, des retours de flamme lors d’un passage de vitesse ou encore de la fumée sur les pneus d’une voiture en plein dérapage.


Virtua Racing sur Megadrive - En course

Pour couronner le tout, ce ne sont pas quelques voitures qui sont visibles sur la piste, mais un total de 16 véhicules, un score que certains jeux peinent encore aujourd’hui à afficher.

Le pilotage ne fait pas dans la finesse, c’est un peu brut et loin des standards des simulations actuels, mais cela fait tout à faire l’affaire. Cela reste un jeu d’arcade très honnête, dynamique et jouant un peu sur les réflexes, comme on savait les faire dans les années 90.

Si vous souhaitez lancer le jeu, je vous invite à lancer la version Deluxe pour 32X qui est la plus aboutie, la plus jouable mais aussi la plus proche de l’originale. La version Arcade fonctionne très bien sur Mame mais elle est faite pour être jouée telle qu’elle existait, c’est à dire, avec un volant et des pédales. Alors que la version Saturn tente de trop effacer les polygones qui ont finalement fait le succès du jeu, a moins que vous ne connaissiez trop bien le jeu original, et que vous cherchiez de nouveaux challenges.


Les réactions à cet article :
Pas de réaction à cet article.
Poster une réactions à cet article :
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?