issue 04/2019




Myth - The Fallen Lords
Jeu édité en 1997 par Bungie.
Jeu sorti sur

Mac OS, Windows

.
Genre :

Stratégie en temps réel

Myth - The Fallen Lords
[par sky]

Après avoir révolutionné le FPS avec Marathon et ses deux suites, la société Bungie dont on connait l’histoire houleuse, souhaitait se renouveler en créant un nouveau style de jeu. De cette envie est né Myth, rendu disponible en 1997, qui lui aussi sera accompagné de deux suites.

Myth est un jeu de stratégie en temps réel, situé dans un univers médiéval. A la grande différence de Warcraft et de Warcraft 2, sortis respectivement en 1994 et 1995, Myth propose de rester constamment au coeur de l’action, en s’affranchissant de toute gestion de ressources, de bâtiments et de construction. Si cela peut sembler être une régression, il n’en est rien. Car au lieu de passer du temps sur toute la partie gestion, il faut se concentrer sur la stratégie à adopter et le bon positionnement de ses troupes.

Se voulant plus réaliste que le jeu de Blizzard, Myth propose aussi un univers entièrement en 3D, une innovation majeure pour un jeu de stratégie. Les scènes prennent place dans des environnements vallonés, des plaines, des forêts, le long de cours d’eau ou encore près de petits bourgs, tous impeccablement modélisés, surtout quand on remet ça dans le contexte de l’époque.

Seuls quelques éléments tels que les arbres restent modélisés avec des sprites, une optimisation nécessaire pour fonctionner sur des machines, qui tournaient au maximum à 300Mhz pour les Mac les plus performants, mais le plus souvent, entre 150 et 200 Mhz. Sans oublier qu’à ce moment là, AMD et Nvidia, s’ils existent déjà, n’en sont qu’à leurs balbutiements. Les premières cartes 3D commencent à peine à sortir, et ce sont les Voodoo de 3DFX qui règnent en maître sur ce marché très confidentiel. Le jeu est d’ailleurs optimisé pour ces cartes mais il n’est plus possible d’en profiter sur nos machines émulées.

Sans profiter d’accélération graphique, le moteur n’en est pas moins performant. Il est certes limité à une résolution de 640x480, il permet un mouvement fluide de la caméra, les éléments du décors tels que les ponts ou les maisons ne sont pas ridicules, il se permet même le luxe de gérer les reflets dans l’eau, les conditions météo ou encore les déformations du terrain suite aux explosions des mortiers. L’animation des personnages est sommaire, mais largement suffisante pour faire son office.

Les terrains ne sont jamais gigantesques, ils sont même plutôt petits. Mais ils sont largement assez grands pour accueillir nos batailles. Se focalisant sur la stratégie, le jeu est plutôt lent. Cela permet de prendre le temps de chercher le meilleur placement de nos unités. Comme il n’y a aucune gestion de ressources, il n’y a évidemment aucune possibilité d’obtenir du renfort pour aller attaquer en sur-nombre pour une victoire évidente, comme dans Warcraft. Les unités sont principalement distribuées dès le début de la partie, et il faut y faire attention, car il est rare d’en recevoir de nouvelles dans le courant de la partie. Chaque nouvelle perte mène à une défaite de plus en plus inéluctable.

Afin de nous pousser à nous adapter, nous ne disposons jamais de beaucoup d’unités. C’est avec une poignée d’hommes que nous devrons accomplir nos missions. Il faut profiter de chaque élément du décors. En se protégeant, derrière les arbres ou les maisons, ou encore à forcer les troupes ennemis à se regrouper, en passant sur les ponts.

Nous n’aurons seulement que 6 types d’unité à disposition pour anéantir les armées ennemies. Dès la première mission, on nous propose de prendre en main les unités de base, à savoir le chevalier, unité au corps à corps protégée par une armure, l’archer, unité à distance, sans armure et très mobile. Enfin, nous avons le nain, et son équipement explosif. Petit, il n’est pas très rapide, il est cependant capable de réduire à néant une armée des squelettes à lui seul. Rapidement, le Compagnon sera disponible, permettant de soigner les unités alliées. Viendront plus tard le Berserker favorisant la puissance au détriment de sa propre survie, et le Géant des Forêts, sorte d’Ent tout droit sorti de l’univers de Tolkien.

Que ce soit les archers ou les nains, il faudra faire attention à leur utilisation. Les tirs amis peuvent abimer vos propres troupes, et lors des premières parties, vous serez probablement votre pire ennemi ! Ce qui pousse à rapidement adopter le système de formation, qui permet de placer les personnages comme l’on souhaite, en ligne, en rang, en formation large ou serrée, les possibilités sont nombreuses.

Si vous vous lancez dans l’aventure, ce sont 25 missions qui vous attendent, avec des objectifs plutôt variés. Tout cela raconte la reconquête de la terre des hommes, après qu’elles aient été envahies par les morts-vivants quelques années auparavant. Si le scénario semble léger, il a l’avantage de se tenir, et de raconter une chouette partie de l’histoire. Evidemment, vous l’avez compris, le jeu se limite à jouer le rôle des hommes.

Myth propose 5 niveaux de difficulté, mais rien que le niveau "Normal" est un calvaire. J’ai rarement vu un jeu de stratégie aussi difficile. De mémoire une mise à jour permet de mieux équilibrer le jeu. Il est donc conseillé d’installer les mises à jour du jeu avant de se lancer.

Le jeu tourne parfaitement sur SheepShaver, l’émulateur Mac classic, sur Mac OS 9.0.4. Evidemment, le mode de rendu logiciel est le seul disponible, et on ne profite pas des capacités des cartes graphiques 3DFX de l’époque. Un mode multijoueur est disponible, mais malgré notre capacité à mettre nos Mac OS 9 en réseau, je n’ai pas eu le courage de tester.

A noter, que le mapping clavier est en qwerty, je vous mets donc une copie d’écran des réglages à adopter afin de contrôler la caméra dans le plus grand confort.

Si le jeu, par sa lenteur, et ses graphismes a un peu vieillit, il reste un monument de son époque, par l’une des sociétés ayant été l’un des plus grands soutiens au jeu sur Mac avant son triste rachat. Il est surprenant de s’y replonger avec autant de plaisir qu’à l’époque. Peut-être que les excellents souvenirs qu’il a laissé y sont pour quelque chose.


Les réactions à cet article :
Myth - The Fallen Lords
[par Noxx] le 14/04/2019

Vraiment un super jeux, difficile mais avec une cohérence et un ambiance très réussie. J’ai fini le I et le II (tout aussi excellent et qui lui se lance encore sur les dernières versions d’OSX). Par contre je n’ai pas pu me faire au III. Plus moderne techniquement, je ne l’ai trouvé qu’en Anglais, et ça me barbait car l’histoire fait beaucoup au charme du jeu. On avance au sein d’une histoire et c’est ce qui justifiait que j’y passe autant d’heures à fignoler la tactique avec mes chiches troupes jusqu’a trouver celle qui fonctionne pour passer à la suite.



Poster une réactions à cet article :

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)