issue 07/2019




Shining Force
Jeu édité en 1992 par Climax Entertainment.
Jeu sorti sur

Megadrive, Windows, Gameboy Advance (Virtual Console, iPhone, iPod Touch, iPad).

.
Genre :

Jeu de rôle tactique

Shining Force
[par Emuzone]

Après la production Shining in the Darkness, voici Shining Force, un jeu se déroulant dans un univers d’héroïc fantasy des plus classiques mais somme toute enchanteur.

Ce qui frappe dans ce jeu lors de la première prise en main est sans nul doute le choix graphique. Tout est soigné, permettant, malgré les petits sprites représentant les personnages, de reconnaitre distinctement les individus. Les décors sont assez simples mais facilement identifiables et le tout rend le jeu agréable à l’œil. Les développeurs ont poussé le vice du visuel jusqu’au bout. Ainsi, tous les menus et autres choix possèdent une icône représentative facilitant énormément la compréhension et la navigation.

La vue, comme nombre de jeu de rôle d’époque, est du dessus. Celle-ci est d’autant plus appréciable lors des phases de combat puisqu’il s’agit de ce qu’on appel plus précisément un jeu de rôle tactique. Vous devrez déplacer vos compagnons et votre avatar sur un échiquier tel un fin stratège. Chacun d’eux est constitué de caractéristiques particulières variants suivant la classe (guerrier, magicien, archer...) et l’équipement. Il vous faudra donc établir une tactique adéquate à chaque bataille en constituant la meilleure formation possible et en prenant en compte les spécificités de vos adversaires. Certains types de terrains pourront vous ralentir dans votre marche vers la victoire mais il faudra aussi peser dans votre balance les points forts ou faibles de votre compagnie tels que les sorts, les attaques à distances, la défense de votre première ligne etc.

Venons en au scénario. Celui-ci se divise en huit chapitres mêlant phases de combats et d’explorations durant lesquelles l’histoire se révèle petit à petit. Sans pour autant être d’une grande originalité, puisqu’il s’agira d’empêcher un royaume belligérant de ramener à la vie une terrible créature oubliée depuis des siècles, l’impitoyable dragon noir, ce dernier tient très bien la route. Il vous vaudra alors enrôler les plus braves dans votre Shining Force et contrecarrer les plans démoniaques de Darksol.

C’est entre autre sur ce point précis dont le jeu tire son intérêt. Au fil de l’aventure vous rencontrerez des personnages que vous pourrez engager dans votre équipe et ainsi améliorer, ou non, votre petite armée. Il faudra bien entendu faire évoluer les différents protagonistes que vous jugerez les plus aptes à accomplir votre quête.

Le titre possède des musiques plutôt bien orchestrées malgré le chipset sonore peu puissant de la 16 bits de Sega. Malheureusement, ces mélodies n’existent pas dans un nombre assez suffisant pour empêcher une relecture incessante devenant alors trop vite agaçant.

Dans l’ensemble Shining Force est un très bon jeu qui pose les bases du tactical RPG, du moins pour les européens qui n’avaient jusque là pas eu le droit de goûter aux joies du genre (en dehors de l’import). En dépit des quelques fautes minimes comme les répétitions des musiques sans doute dû à la jeunesse du studio, on prend beaucoup de plaisir à gérer ses soldats et mettre en place ses propres tactiques. Il n’existe donc pas une seule façon de finir le jeu et même si le scénario ne propose pas différentes fins, et les plus exigeant le referons surtout pour découvrir tous les personnages.

Avant de ranger ma modeste plume, il est à noter que si Sega n’avait pas trouvé bon de traduire le jeu pour la France, cela fut chose faite lors de la réédition pour la Gameboy Advance avec un petit lifting pour les graphismes mais malheureusement rien de neuf du côté musical.


Les réactions à cet article :
Pas de réaction à cet article.
Poster une réactions à cet article :

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)